Citations de proches

Un hommage à ma voisine

Témoignage paru le 16.05.2020 dans le Courrier des lecteurs dans la Liberté

Avec la crise du Covid-19, toute la population s’est mise en transe pour féliciter le milieu hospitalier et toutes les personnes qui ont travaillé durant cette période pour assurer notre bien-être. Ils méritent de grands bravos.

Mais j’aimerais rendre un hommage tout spécial à ma voisine qui le mérite bien. Elle a choisi de s’occuper de son fils David, handicapé, au lieu de le laisser dans l’institut où il se rend la journée quand elle travaille. Ne pas voir son fils pendant plus d’un mois aurait été un calvaire pour elle.

Cette décision implique une attention constante de sa part 24 heures sur 24 avec des nuits entrecoupées. Sa dose de patience est sans limites mais sa fatigue aussi. Tout cela elle le supporte grâce à l’amour qu’elle porte à son fils et à l’amitié que l’on partage dans les bons comme dans les mauvais moments. Un grand bravo à Jeanine et à toutes les personnes dans son cas.

Question: où sont les structures de jour pour accueillir ces enfants afin de soulager les mamans qui s’en occupent? Elément à revoir.

Rose-Marie Forney, Villarepos

 

Sentiment d'abandon complet

Témoignage paru le 16.05.2020 dans le Courrier des lecteurs dans La Liberté

Etre proche-aidant en période normale est une tâche très prenante en temps, patience et dévouement. Un engagement que j’effectue sans rechigner depuis plus de quinze ans auprès de mon mari handicapé. Cet engagement est devenu très stressant et difficile à gérer en cette période de pandémie à la suite d’une opération que je devais subir et sans report possible.

A la recherche d’un endroit pour y loger mon mari, je me suis retrouvée seule à devoir gérer ce problème. Difficile de trouver un institut acceptant une personne âgée et handicapée durant ma convalescence. A Genève par exemple, le canton avait mis une douzaine de lits à disposition des patients dont les proches-aidants ne pouvaient plus s’occuper. Donc, parcours du combattant pour moi, à la veille de mon opération, pour trouver enfin, grâce à l’appui d’un médecin, un home qui proposait de le prendre momentanément.

Loin de moi l’idée de polémiquer, mais en cette période particulière, en tant que proche-aidante, je me suis sentie abandonnée. Il ne faut pas oublier que notre travail évite des hospitalisations ou des déplacements en maison spécialisée pour les personnes dont on s’occupe, ce qui engendre des économies financières à notre système de santé. Les proches-aidants sont un pan essentiel de notre système de santé et, en cette période, il est primordial qu’ils soient aidés dans leurs démarches.

J’adresse enfin toute ma reconnaissance aux personnes qui, comme moi, accomplissent cette tâche.

Louise Pasquier, Fribourg


 

Citations de proche

Avec notre fils, les soutiens nous sont venus de la famille, des ami-e-s, de l'Eglise, des médecins, du CHUV, de Dieu. La force de vie de notre fils était le plus grand moteur.

 

Citations de proche

J'ai réalisé que j'étais proche aidant lors de la journée intercantonale des proches aidant-e-s 2018.

 

Le jour où j'ai dû prendre soin de mon mari tant physiquement que moralement, j'ai compris que j'étais proche aidante.

 

Difficile à dire quand je suis devenue proche aidante, je ne sais pas vraiment, mais un jour mon époux est devenu mon enfant et je faisais tout ce que je pouvais pour avancer "sur place" chaque jour.

 

Quand j'ai commencé à augmenter ma charge administrative, j'ai pris conscience que je devenais un proche aidant.

 

Ce qui m'a aidé, c'est de comprendre la maladie, d'accueillir chaque jour comme il vient et de faire appel à de l'aide.

 

Ce qui m'aide le plus aujourd'hui? De pouvoir parler avec mon mari, de reprendre ce que j'ai appris au cours et d'oser prendre du temps pour me ressourcer et, enfin, de me reconnaître comme proche aidante.

 

Ce qui me fait tenir? L'amour, le don de soi et l'humour.

 

Ce qui m'a motivée à continuer, c'est le besoin qu'il avait de moi et de notre vie de couple. Ça valait toutes les heures que je lui donnais.

 

Ce qui est important actuellement, c'est qu'un jour par semaine, il va au foyer de jour, mais aussi les soins à domicile pour le faire beau tous les matins.

 

pa-f braucht Ihre Unterstützung

Sind oder waren Sie selbst ein oder eine pflegende Angehörige ?
Interessieren Sie sich für das Thema pflegenden Angehörige und für die Verteidigung ihrer Interessen?

Sie können uns unterstützen, indem Sie Mitglied werden, sich engagieren oder spenden.

Für weitere Informationen